familiales, Recettes — February 13, 2012 8:17 pm

L’escalope au paprika de mon enfance revisitée

posté par :

L'escalope au paprika de mon enfance revisitéeOn a tous un plat comme ça, vous savez celui qu’on mangeait le dimanche soir, ou alors celui des soirs où on était un peu triste et, où pour nous remonter le moral nos parents nous disaient : “Descends je t’ai préparé ton plat préféré” … Eh bien pour moi c’est l’escalope de poulet au paprika. Je ne sais pas combien de poulets ou de dindes furent sacrifiés afin d’assouvir ma passion enfantine. Ce soir je vous le livre en version revisitée avec un riz noir camarguais du meilleur effet ! A vous de juger…

1 filet de poulet dénervé ou 2 escalopes de dinde.
1 verre de riz noir de Camargue.
3 cuillères à soupe de crème fraiche.
Paprika doux.

Commencez par porter à ébulition l’équivalent de 3 verres d’eau salée, puis plongez-y votre riz noir, et laissez cuire à feu moyen pendant 30 minutes.

Pendant ce temps là, découpez votre filet de poulet ou vos escalopes de dinde en petites lamelles assez épaisses. Faites-les dorer à la poêle dans un peu de beurre, une fois dorées saupoudrez-les de paprika et baissez le feu. Ajoutez vos 3 cuillères à soupe de crème fraiche épaisse et laissez réduire doucement.

Rajoutez du paprika, afin d’obtenir une jolie couleur orange et un goût assez prononcé. Goûtez et salez.

L'escalope au paprika de mon enfance revisitée

Pour le dressage, utilisez un verre afin de mouler le riz (préalablement égoutté) en le tassant dans le verre avec une cuillère, posez votre assiette à l’envers sur le haut du verre et retournez le tout ! Retirez doucement le verre.

Ajoutez la viande et venez déposer la sauce dessus.

Parsemez de quelques brins de ciboulette hachés et dégustez !

L'escalope au paprika de mon enfance revisitée

Bon appétit !

4 Commentaires

  • Attention à ne pas surcharger en paprika.

  • Aujourd’hui, je ne peux pas être original : Un Saint-Amour s’impose en ce jour de Saint-Valentin. Joli cru du Beaujolais, issu à 100% de gamay, assez fruité et un peu corsé, le sous-sol granitique y est pour quelque chose. Au Berlu, on propose la cuvée Victorine de Monsieur Charlet.
    Sinon, pour les souvenirs d’enfance, un joyeux côtes du Rhône bio, grenache et un peu de syrah, à carafer: c’est ” Bout de Zan ” du Mas de Libian. Le millésime 2010 apporte force et (un peu) de douceur, accord parfait avec cette volaille épicée pour peu que la main soit un peu lourde sur le paprika. Et les 14° de ce gay luron vous remonteront le moral!

  • Aujourd’hui, je ne peux pas être original : Un Saint-Amour s’impose en ce jour de Saint-Valentin. Joli cru du Beaujolais, issu à 100% de gamay, assez fruité et un peu corsé, le sous-sol granitique y est pour quelque chose. Au Berlu, on propose la cuvée Victorine de Monsieur Charlet.
    Sinon, pour les souvenirs d’enfance, un joyeux côtes du Rhône bio, grenache et un peu de syrah, à carafer: c’est ” Bout de Zan ” du Mas de Libian. Le millésime 2010 apporte force et (un peu) de douceur, accord parfait avec cette volaille épicée pour peu que la main soit un peu lourde sur le paprika. Et les 14° de ce gai-luron vous remonteront le moral!

Laisser une réponse

— obligatoire *

— obligatoire *